Patricia Nzolantima : « Le pouvoir c’est changer les choses »

Patricia Nzolantima

« Le pouvoir c’est changer les choses »

 

Patricia Nzolantima est la fondatrice de Working Ladys et une féministe engagée sur le continent africain contribuant à l’émancipation des femmes et des jeunes filles pour le développement de l’Afrique.

 

Mon champ de bataille

Accorder son temps pour améliorer la vie de sa communauté et changer les choses : telle est sa définition de la notion de pouvoir. La première chose à faire lorsque l’on a le pouvoir, c’est de donner de meilleures conditions de vie aux personnes qui nous entourent.

 

Lorsqu’elle regarde son propre parcours, en tant que femme leader, elle essaye de voir comment améliorer les conditions de la femme et en particulier en Afrique où il n’est pas toujours évident d’accéder à des postes de direction. C’est justement dans le cadre de son travail qu’elle tente de voir de quelle manière utiliser ce pouvoir afin de permettre à ces femmes d’y accéder. Son ambition dans ce sens est grande et optimiste pour l’avenir de la place et du rôle de la femme dans la société africaine.

 

Elle refuse que la femme ait à se contenter de ce qu’on lui donne quand celle-ci mériterait plus. Le vrai pouvoir se trouve justement entre les mains des femmes entrepreneurs car elles créent de l’emploi, changent l’avenir. “C’est à travers elles qu’on doit se tourner et créer davantage d’assistance. C’est la raison pour laquelle j’en ai fait mon champ de bataille.”

 

Elle témoigne du manque de crédit qu’on accorde aux femmes, à toutes ces questions d’ordre familial et domestique dont on les accule, et finalement de cette tendance générale à favoriser les hommes plutôt que les femmes dans le domaine de l’emploi. Pourtant, les femmes “travaillent dix fois plus que les hommes, les femmes d’aujourd’hui ont de la bouteille et lorsqu’elles sont à des postes de décision elle changent réellement les choses.”

Les femmes sont des actrices du changement et elle en est convaincue : “Dans les 5 prochaines années, les femmes réécriront une nouvelle histoire de l’Afrique, pas celle qu’on nous raconte mais celle que du quotidien, car nous connaissons la réalité.”

 

La femme africaine mérite plusieurs prix Nobel

La réalité de la femme africaine, et en particulier de la femme qui entreprend en Afrique, est très difficile. Les conditions pour obtenir un prêt ou brider un poste de direction sont telles qu’il faut une réelle force et énormément de détermination pour parvenir à ses fins, tout cela dans le but de changer les choses.

 

Et c’est pour toutes ces raisons, toutes ces réalités que l’on ne connaît pas en dehors du continent Africain, que la femme africaine mérite plusieurs prix Nobel, pour Patricia Nzolantima. Elle-même entrepreneure depuis plus de 15 ans, elle confie que ces quinze années ont été les plus difficiles de sa vie. La notion de sacrifice prend une large place dans son parcours. Les bons moments et le bonheur sont mis de côté dans le but de donner le meilleur à la communauté.

 

Les vrais hommes n’ont jamais peur des femmes puissantes

Derrière tous ces sacrifices, tout ce temps, toute cette énergie et ce don de soi, il y a toujours le moment où l’on arrive à se demander “Quand est-ce que tu te maries ?” Ces femmes qui se battent sans cesse pour arriver à atteindre et dépasser leurs objectifs pour le bien de la communauté peuvent faire peur aux futurs prétendants : leur âge, leur stature, leur position. Mais Patricia Nzolantima rassure : “Les vrais hommes n’ont jamais peur des femmes puissantes.”

 

Si j’étais un animal, ce serait la tortue

Etrange choix que la tortue pour une femme de pouvoir ? Pas forcément. Autrefois elle aurait une lionne, ou une louve. L’expérience montre qu’il faut prendre son temps pour structurer ses idées avant de concrétiser une idée, un projet qui va réellement changer les choses. Lorsque l’on va trop vite, on prend le risque de se rendre compte plus tard qu’il manquait quelque chose. La tortue prend son temps, elle observe, avance lentement mais sûrement pour atteindre son objectif. C’est en tant que chef d’entreprise qu’elle fait ce choix : prendre du recul, relativiser et ne prendre que des décisions bien réfléchies. Car elle a bien conscience que chacune de ses décisions aura un impact sur la vie de ses collaborateurs. “Il faut se méfier des femmes patientes, car elles savent exactement où elles sont en train d’aller.”

 

 

Voir l’intégralité de l’entretien avec Patricia Nzolantima pour Femme et Pouvoir :

SOUTENEZ-NOUS EN VOUS ABONNANT A LA CHAÎNE YOUTUBE « FEMME ET POUVOIR »

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.