Flora Coquerel : « Le pouvoir c’est le partage »

Flora Coquerel

« Le pouvoir c’est le partage »

 

Diplômée en commerce international, Miss France 2014 et 3eme dauphine de Miss Univers, Flora Coquerel est une jeune femme très engagée sur la vie sociétale. Elle a créée l’association Kelina, qui a pour objectif de mettre en place des infrastructures au Bénin pour aider les personnes les plus démunies, notamment une maternité. Le règne de Miss France lui a permis de côtoyer tous les milieux. Le pouvoir, de son point de vue et à son niveau, est une référence au partage : le partage d’histoire – la sienne et celles des autres. “On a du pouvoir quand on est capable de partager, que ce soit positif ou négatif”.

Le partage d’idée, d’opinion, d’expérience, l’influence : c’est cela avoir du pouvoir

En tant qu’ancienne Miss France et mannequin, dans sa vie professionnelle le pouvoir prend davantage une tournure esthétique : “c’est de l’image”. C’est cette image que des jeunes femmes vont être amenées à suivre, et à s’en inspirer, prendre pour exemple, s’y référer. Le pouvoir dans sa vie personnelle se traduit quant à lui par des actes : ses actions dans les milieux associatifs. Elle a la volonté d’influer positivement sur les gens, en transmettant l’idée qu’il est toujours bon de partager, de tendre la main, même quand n’a pas grand chose.

Pour être porte-parole d’une cause quelle qu’elle soit, peu importe le sexe, que l’on soit un homme ou une femme : “Si on veut être entendu, qu’on soit homme ou femme, on peut l’être”.

Originaire de Chartres et peu sûre d’elle avant son élection, elle confie avoir douté de ses capacités : devenir Miss France ne se présentait pas à elle comme une évidence. Pour y arriver elle a dû oser. Oser c’est précisément ce qu’elle conseille aux jeunes filles de faire pour réaliser leurs rêves et atteindre leurs objectifs, quels qu’ils soient. Car la pire des choses est d’avoir des regrets et de se dire plus tard “j’aurais dû”.

 

Oser

Elle invite celles et ceux faisant partie d’une dite minorité et se sentant discriminés à ne pas se morfondre et à ne pas douter de leurs capacités, rappelant que l’on est “tous capables.” Il y aura toujours des portes qui se fermeront et des obstacles à passer mais la volonté et la persévérance sont la clé. La diversité est visible et en particulier l’année de son élection, celle-ci était représentée à travers les premières dauphines, toutes ayant des origines ethniques différentes les unes des autres. C’est justement parce que ces filles ont osé que l’on a pu avoir une représentation aussi riche de la diversité en France.

C’est avec humour et une certaine dérision qu’elle se verrait elle-même représentative de la féminité et du pouvoir, portant son écharpe d’ambassadrice des valeurs de notre pays et de reine de beauté. Plus sérieusement elle explique que c’est à travers cette écharpe que l’on devient un porte-parole de tous nos combats personnels.

L’idée d’être un exemple pour quantité de jeunes filles la flatte et elle espère en être digne. Néanmoins elle préconise davantage à chacune de s’assumer et de poursuivre ses propres choix et ambitions.

Voir l’intégralité de l’entretien avec Flora Coquerel pour Femme et Pouvoir :


SOUTENEZ-NOUS EN VOUS ABONNANT A LA CHAÎNE YOUTUBE « FEMME ET POUVOIR »

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.