Evelyne Fassinou : « Le pouvoir c’est le devoir »

Evelyne Fassinou

Le pouvoir c’est le devoir

 

Directrice Générale et fondatrice de l’une des plus importantes compagnies d’assurance du Bénin, Evelyne Fassinou est l’une de ces rares femmes que l’on trouve à de tels postes de direction dans le pays, c’est pourquoi la question du pouvoir a une résonance bien particulière pour elle.

Pouvoir rime avec Devoir

Le pouvoir entraîne nécessairement un certain nombre de responsabilités, c’est pourquoi elle considère que le mot pouvoir rime naturellement avec le mot devoir : “on ne peut pas avoir de pouvoir sans avoir de devoirs.” Elle se dit elle-même ne pas être une femme de pouvoir, mais une “femme de devoir”.

Le pouvoir est avant tout un engagement qui nécessite que l’on donne le meilleur de nous-même, c’est quelque chose que l’on a en nous, on vit avec. Ce n’est donc pas quelque chose que l’on abandonne en rentrant chez soi. Elle concède que cette transformation puisse être parfois délicate à faire accepter par son environnement personnel : la sphère professionnelle n’est pas toujours facile à séparer de la sphère familiale.

Diriger une entreprise c’est avant tout atteindre des résultats, faire des bénéfices, manager des équipes et cela est valable que l’on soit un homme ou une femme. La façon pour y arriver peut être différente, mais les objectifs sont les mêmes.

C’est la mère qui éduque, c’est la mère qui transmet

Pour Evelyne Fassinou, le rôle de la mère est primordial dans le développement personnel des jeunes filles. C’est la mère qui éduque, c’est la mère qui transmet. Elles doivent donner les mêmes chances à leurs filles qu’à leurs garçons. Il est primordial qu’elles transmettent des valeurs fortes à leurs filles pour qu’elles puissent se construire dessus. Ce sont ces bases-là qui permettent de faire face à des défis et d’avancer. Quant aux jeunes filles elles-même, elles doivent savoir que la réussite et le succès ne viennent pas tout seul, qu’il faut se battre. Il existe bien sûr des contre-exemples, malheureusement. Il est important qu’ils ne deviennent pas des exemples.

Sensible au chômage des jeunes, notamment à travers son travail de chef d’entreprise, elle souhaite les éclairer sur certaines idées fausses : en particulier celle de se dire qu’il suffit de faire ses études et d’obtenir son diplôme pour trouver un emploi. “Des emplois pour tous les diplômés dans les entreprises, il n’y en a pas. Il faut qu’ils soient capables de créer leur propre emploi.”

Essayons avec les femmes

Si elle avait un pouvoir, ou plutôt un devoir de changer le monde, Evelyne Fassinou partirait de ce constat : “Le monde va mal. Qui est à la tête du monde ? Des hommes. Essayons avec les femmes.”

Se réapproprier le slogan de la campagne d’Obama, “Yes, We Can” et se dire que l’on peut si on veut : ce peut être un moteur pour avancer. Et au-delà de se le ramener à soi-même, cette phrase a une dimension collective. Elle invite les femmes “de pouvoir” à se fédérer pour constituer une forme de contre-pouvoir et ainsi avoir un impact véritable, insistant sur le fait que réussir toute seule c’est bien, mais se rassembler pour créer un réseau au sein des différents pays du monde. “C’est uniquement comme ça, et avec ça, que nous pourrons changer les choses.”

Voir l’intégralité de l’entretien avec Evelyne Fassinou pour Femme et Pouvoir :

SOUTENEZ-NOUS EN VOUS ABONNANT A LA CHAÎNE YOUTUBE « FEMME ET POUVOIR »

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.