Catherine Ladousse : « Le pouvoir c’est la liberté de choisir »

Catherine Ladousse

« Le pouvoir c’est la liberté de choisir »

Directrice de la Communication chez Lenovo Europe-Moyen-Orient et Afrique, Catherine Ladousse travaille dans des espaces de pouvoir et en a une définition claire et plurielle : le pouvoir c’est la liberté, l’indépendance et le partage. C’est une femme passionnée par son travail, engagée à 100% dans son métier qui est celui de la communication et également depuis plusieurs années dans le combat pour l’égalité professionnelle et dans le but d’accroître la présence des femmes dans son univers, celui de la technologie.

Le pouvoir c’est prendre des décisions et de les partager pour que des personnes puissent y adhérer. Elle-même ne se définit pas nécessairement comme une femme de pouvoir mais admet que son entourage peut la trouver directive c’est pourquoi elle tend à faire en sorte que les personnes avec qui elle travaille puissent adhérer aux projets qu’elle peut lancer. Et c’est précisément ce dernier point qui est le plus important. Celui de rassembler des personnes autour d’un projet auquel les autres adhèrent.

Le pouvoir peut faire mal

Le pouvoir est il différent que l’on soit un homme ou une femme ? A cette question, Catherine Ladousse nous invite à ne pas tomber dans la caricature. Il est vrai qu’il y a des qualités dites plus féminines, telles que l’empathie, la volonté de parvenir à un consensus et une sorte d’adhésion qui soit beaucoup plus forte quand une femme lance une idée face à un modèle plus traditionnel, dans lequel on impose. Mais est-ce véritablement un modèle masculin ? En tous les cas, il y a un risque de tomber dans une forme de pouvoir négative : lorsque l’on ne remporte pas l’adhésion et l’assentiment des personnes et que celles-ci ne sont pas en ligne avec la décision qui est prise. “C’est là que le pouvoir peut faire mal”.

Du temps pour soi

Epanouie dans sa vie professionnelle et comblée dans sa vie personnelle et familiale, elle sait néanmoins qu’il faut parfois céder à quelques petits sacrifices lorsque l’on est mère de famille – et aujourd’hui grand-mère – et que l’on aspire à une carrière professionnelle ambitieuse. Ce que l’on sacrifie en particulier : du temps pour soi. C’est la raison pour laquelle il est important de faire une pause de temps en temps, afin que “la machine tourne trop vite”. S’arrêter un moment et prendre les bonnes décisions pour ne pas en arriver à tourner à vide.

Ne pas calquer le modèle masculin

Une femme qui aspire à une carrière professionnelle passionnante doit avant tout se laisser guider par ses propres envies, sans se laisser influencer par tous les “conseils” que l’on peut recevoir, se donner les moyens de réussir. Il faut énormément d’investissement quand on a un objectif précis et le temps passé à se former pour y parvenir n’est pas du temps perdu. Il est aussi important pour une femme de rester une femme et de ne pas calquer le “modèle masculin” comme ce fût davantage le cas par le passé.

Les femmes ne veulent pas forcément “accéder au pouvoir”, ce qu’elles veulent c’est réussir leur vie, réaliser des projets et leurs rêves. Pour y arriver, la principale clé est l’éducation : “formez-vous”. Il faut aussi prendre des risques : “allez-y”. On peut rater une étape, se tromper, mais quand on a une forte volonté de réussir, un jour la réussite arrive.

 

 

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.